Abonnez-vous au flux RSS de pausesante.fr

Accueil du site > Santé prévention > Des antibiotiques pour soigner l'appendicite ?

 


Photo © 2009 Masterfile Corporation

SANTÉ

Des antibiotiques pour soigner l'appendicite ?

15 Décembre 2011 par Corinne Tutin

Depuis 10 ans, on teste leur utilisation dans le traitement de cette maladie. Le point sur les recherches.

 

Une étude récemment publiée dans The Lancet (mai 2011) relance le débat. « Des résultats favorables ont été observés après la prise d'antibiotiques par des personnes qui ne pouvaient être opérées pour diverses raisons, explique le professeur Corinne Vons, chirurgien digestif à l'hôpital Jean-Verdier de Bondy qui a conduit cette étude. En fait, l'appendicite fait très vraisemblablement intervenir une inflammation, puis une infection par des germes intestinaux, comme escherichia coli, de la paroi de l'appendice, un petit diverticule situé à la jonction de l'intestin grêle et du côlon. Or on sait déjà traiter par antibiotiques les inflammations qui se propagent à partir de la paroi du côlon sigmoïde. » 

Un traitement encore expérimental

L'étude menée par le professeur Vons chez 240 adultes n'est pas parvenue à montrer que les antibiotiques font aussi bien que la chirurgie chez l'ensemble des malades. Ses résultats suggèrent « qu'il pourrait exister 2 sortes d'appendicites que le scanner différencie : la forme habituelle non compliquée (plus de 80 % des cas) correspondant à une simple infection de l'appendice, sensible aux seuls antibiotiques, et des formes compliquées (environ 20 % des cas) par accumulation de matière fécale (stercolithe) à l'intérieur de l'appendice. Ces dernières formes s'accompagnent de destruction et de rupture de la paroi de l'appendice (risque de péritonite par diffusion au péritoine) et exigent le recours au traitement chirurgical ». Aujourd'hui, d'autres travaux sont nécessaires pour proposer une antibiothérapie à certains malades. Peut-être en sera-t-il autrement d'ici une décennie ?  

Quel traitement chirurgical en 2011 ?

Environ 90 000 appendicectomies sont pratiquées chaque année, le plus souvent par coelioscopie. Elles requièrent une hospitalisation de 48 heures (24 heures dans des centres comme celui de Bondy). Attention, coelioscopie ne signifie pas forcément cicatrice plus esthétique. Chez un sujet maigre, une incision de 2-3 cm par chirurgie conventionnelle est parfois plus jolie que celle provoquée par les 3 petits trous des trocarts. « Mais, dans le cas d'appendicites simples, certains chirurgiens expérimentent l'emploi d'un seul trocart », précise le docteur Frering. D'autres opérateurs continuent en France d'intervenir en incisant le ventre. Cela n'expose pas à un risque accru, les études internationales mettant en évidence des résultats équivalents entre les 2 méthodes.  

Appendicite comment la reconnaître ?

« Le diagnostic d'appendicite, maladie qui touche en majorité des sujets de 10 à 20 ans mais aussi des adultes, est difficile, souligne le docteur Vincent Frering, chirurgien digestif à la clinique de la Sauvegarde à Lyon. Un ensemble de signes cliniques permet d'évoquer classiquement cette affection: langue blanche, fièvre aux alentours de 38 °C, douleur à droite, défense de l'abdomen à la palpation. Cependant, ces symptômes n'ont rien de spécifique et peuvent manquer. D'où l'intérêt de l'échographie et du scanner pour déterminer s'il faut opérer. En cas de doute, on doit consulter rapidement son généraliste, car on voit encore 10 à 20 % d'appendicites au stade de la péritonite. »

 

 

0 vidéo(s)

 

 

Envoyer Imprimer Réagir

   

 

Partager

Digg del.icio.us Facebook Google Scoopeo TwitThis Wikio FR BlogMemes Fr Furl Live blogmarks Technorati StumbleUpon YahooMyWeb

 

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.