Abonnez-vous au flux RSS de pausesante.fr

Accueil du site > Santé prévention > L' actualité du VIH

 


Photo © DR

SANTÉ

L' actualité du VIH

15 Juillet 2010 par Fabienne Attali
L' actualité du VIH

 

Un comprimé unique


Depuis l'apparition des trithérapies en 1996, la mortalité due au VIH en Europe et en Amérique du Nord a chuté de 40 %. Et les personnes atteintes par le virus ont gagné 13 ans d'espérance de vie. Mais ces traitements restent lourds et très contraignants. Pour faciliter leur prise, deux laboratoires, BMS et Gilead, se sont associés. Ils sont parvenus à combiner trois antirétroviraux (efavirenz, emtricitabine et fumarate de ténofovir disoproxil) dans un seul comprimé. Il s'administre en une seule prise par jour. Ce médicament, disponible en France depuis mai 2009, représente une avancée considérable tant pour le confort des malades que dans l'efficacité du traitement.


Faites-vous dépister !


Plus de 30 000 personnes en France seraient actuellement infectées par le virus du sida sans le savoir. Elles ne sont ni droguées, ni prostituées, ni transfusées. La plupart sont des hommes, hétérosexuels… Le plus souvent, c'est lors d'un rapport non protégé, parfois ancien, qu'ils ont été contaminés. Parce qu'ils ne pensent pas faire partie des catégories à risque, ils ne se font pas dépister. Et les médecins ne songent pas à le leur conseiller. Résultat, la maladie est découverte trop tard. Et le virus gagne du terrain avant que le patient reçoive un traitement.


Un anneau vaginal contre le Sida


Pour la première fois, une nouvelle méthode de lutte contre le sida va être testée en Afrique. Il s'agit d'un anneau vaginal libérant des antirétroviraux. Habituellement utilisé comme méthode de contraception (il libère alors des hormones), l'anneau vaginal permettrait une protection discrète et continue contre le VIH. À l'origine du projet, une association à but non lucratif : International Partnership for Microbicides (IPM). Si les tests de sécurité et d'efficacité sont concluants, le produit pourrait être mis en circulation en 2015.


Les chiffres


• Plus de 33 millions de personnes dans le monde vivent avec le virus du VIH. C'est 20 % de plus qu'il y a dix ans. 15,7 millions sont des femmes et 2,1 millions sont des enfants.
• 68 % des personnes contaminées vivent en Afrique subsaharienne.
• Chaque année en France, environ 7 000 personnes découvrent leur séropositivité. Pour la moitié d'entre eux le déficit immunitaire est déjà important au moment du diagnostic. Pour 14 % les premiers signes cliniques de la maladie sont déjà présents.
• Les usagers de drogues injectables représentent 2 % des découvertes de séropositivité.
• 57 pays imposent des restrictions à l'entrée et aux séjours pour les personnes porteuses du virus du VIH, 24 pays expulsent les personnes séropositives. 6 leur refusent des visas (Égypte, Irak, Qatar, Tunisie, Singapour, îles turques et Caïques).


À voir


Didier Drogba s'engage contre la discrimination en compagnie de Manu Dibango, Jacob Desvarieux, Awa Imani... Si vous avez manqué  le clip pendant la Coupe du Monde ?Il est encore temps de l'écouter sur www.faitespasserlemessage.com.


Pour se protéger, un seul allié


Le préservatif reste aujourd'hui le seul moyen de se protéger contre le virus du sida. Parce que ce simple geste peut vous sauver la vie. Parce qu'il suffit d'une fois. Et parce que quels que soient votre âge et vos relations, vous n'êtes pas à l'abri. Ne transigez pas.


Les tests rapides autorisés


La Haute Autorité de Santé préconisait leur utilisation depuis 2008. C'est chose faite, les tests rapides de dépistage du VIH (prélèvement d'une goutte de sang sur le doigt et résultat en 30 minutes) sont désormais autorisés dans 4 situations d'urgence :
• L'accident d'exposition au sang (par exemple une infirmière se pique avec une aiguille).
• L'exposition sexuelle récente (afin de proposer éventuellement un traitement post-exposition).
• L'accouchement d'une femme ayant été exposée à un risque de transmission du VIH.
• L'urgence face à des symptômes suggérant que le patient est atteint par le virus.
Ces tests pourront être réalisés par des médecins de ville, les biologistes ou les sages-femmes. L'association Aides vient de lancer une étude (ANRS DRAG test) sur la faisabilité des tests rapides en centre de dépistage. Elle souhaiterait que les militants puissent eux-mêmes les effectuer.

 

 

0 vidéo(s)

 

 

Envoyer Imprimer Réagir

   

 

 

Partager

Digg del.icio.us Facebook Google Scoopeo TwitThis Wikio FR BlogMemes Fr Furl Live blogmarks Technorati StumbleUpon YahooMyWeb

 

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.