Les bienfaits de la fraise

Grâce à son exceptionnelle teneur en antioxydants, elle est un allié de choix pour rester en bonne santé.

 Aujourd’hui, les Français consomment en moyenne 4 kilos de fraises par personne et par an. Une bonne nouvelle car c’est une excellente source d’antioxydants qui jouent un rôle important dans la prévention de nombreuses maladies.

La reine des polyphénols et de la vitamine C

Les antioxydants permettent à notre corps de lutter contre le vieillissement en neutralisant les radicaux libres, ces dérivés de l’oxygène qui s’attaquent à nos cellules et accélèrent le vieillissement de l’organisme. Dans la grande famille des antioxydants, on trouve une variété de composés appelés polyphénols, présents en majorité dans les fruits et légumes. En 2010, une équipe de chercheurs du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) a mesuré la quantité de polyphénols contenus dans 24 types de fruits. Verdict : la fraise arrive nettement en tête du classement des fruits les plus riches en polyphénols. La fraise est également riche en vitamine C au fort potentiel antioxydant. Avec un apport moyen de 60 milligrammespour100 grammes, elle fait partie des fruits qui contiennent le plus de vitamine C.Une portion de 150 grammes de fraises apporte davantage de vitamine C qu’une orange et suffit à couvrir l’apport quotidien conseillé.

Prévenir le cancer

Grâce à ses propriétés, la fraise se fait une belle place parmi les aliments anti-cancer1. De nombreuses études montrent que les antioxydants réduisent les dommages infligés à l’ADN par les radicaux libres, diminuant le risque d’apparition d’un cancer. La fraise contient en particulier 2 types de polyphénols dont l’effet anti-cancer est attesté par de nombreuses études : les anthocyanines, qui ont fait preuve d’un potentiel préventif contre le cancer du côlon2-3, et l’acide ellagique qui diminue la multiplication des tumeurs de l’oesophage4.

Des antioxydants en confiture

La confiture de fraises est-elle antioxydante ? Oui, car même si la cuisson engendre une perte de près de 20% des polyphénols, certaines substances fortement antioxydantes comme l’acide ellagique sont préservées. Certaines voient même leur quantité augmenter dans les confitures car l’ajout de sucre aurait un effet protecteur. Au final, le pouvoir antioxydant de la confiture de fraises est sensiblement similaire à celui du fruit frais.

Réduire le risque de maladie d’Alzheimer

La fraise préviendrait également la dégénérescence des neurones en les protégeant contre l’oxydation5. Des études concluent que la consommation de fraises contribuerait à prévenir certaines maladies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer6.

Limiter les maladies cardiovasculaires

D’autres études indiquent que les polyphénols présents dans les fraises diminueraient le risque d’athérosclérose7. Cette maladie, caractérisée par le dépôt d’une plaque de lipides sur les parois des artères, augmente le risque de maladie cardiovasculaire. Par ailleurs, des scientifiques ont également mis en avant la capacité de la fraise à diminuer la teneur en cholestérol LDL, le mauvais cholestérol, également considéré comme un facteur de risque cardiovasculaire8.

Sources
1. SM Hannum. Potential impact of strawberries on human health : a review of the science. Critical Reviews in Food Science and Nutrition. 2004.
2. GJ McDougall, HA Ross, et al. Berry extracts exert different antiproliferative effects against cervical
and colon cancer cells grown in vitro. Journal of Agricultural and Food Chemistry. 2008.
3. NP Seeram, LS Adams, Y Zhang, R Lee, D Sand, HS Scheuller, D Heber. Blackberry, black raspberry,
blueberry, cranberry, red raspberry, and strawberry extracts inhibit growth and stimulate apoptosis of human cancer cells in vitro. Journal of Agricultural and Food Chemistry. 2006.
4. GD Stoner, LA Kresty, et al. Isothiocyanates and freeze-dried strawberries as inhibitors of esophageal cancer. Toxicological Sciences. 1999.
5. HJ Heo, CY Lee. Strawberry and its anthocyanins reduce oxidative stress-induced apoptosis in PC12 cells. Journal of Agricultural and Food Chemistry. 2005.
6. PC Bickford, T Gould, et al. Antioxidant-rich diets improve cerebellar physiology and motor learning
in aged rats. department of Pharmacology, Boston. USA. 2000.
7. J Reed. Cranberry flavonoids, atherosclerosis and cardiovascular health. Critical Reviews in Food Science and Nutrition. 2002.
8. IM Heinonen, AS Meyer, AN Frankel. Antioxidant activity of berry phenolics on human low-density
lipoprotein and liposome oxidation. Journal of Agricultural and Food Chemistry. 1998.

 

2 recettes simples et rapides par Didier Clément
(Hôtel du Lyon d’Or, Romorantin)

Soupe de fraises et kiwis au poivre
Ingrédients pour 4 personnes

>200g de fraises
>4 kiwis
>1 mangue
>1 orange
>4 cuillères de sucre muscovado (sucre de canne)
>Poivre du moulin
Mixez la mangue avec le jus de l’orange pour obtenir un coulis. Coupez les fraises en morceaux. Épluchez et taillez les kiwis en quartiers. Répartissez le coulis de fruits dans 4 coupelles. Arrangez les fraises et les kiwis en les alternant. Saupoudrez une cuillère de sucre muscovado sur chaque assiette et donnez un tour de moulin à poivre avant de servir.

Mousse de fromage blanc aux fraises
Ingrédients pour 4 personnes

>500g de faisselle de fromage blanc
>2 blancs d’oeufs
>100g de sucre
>300g de fraises
>Sirop de grenadine
Mixez la faisselle. Montez les blancs d’oeufs en neige ferme avec le sucre. Ajoutez les blancs montés en neige au fromage blanc et incorporez délicatement le mélange à la spatule. Ajoutez les fraises coupées. Arrosez d’un filet de sirop de grenadine selon votre goût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *